Nos tutelles

CNRS UPS Enseeiht

Rechercher



Groupes de recherche


Accueil > Actualités

Soutenance de thèse de Farah FAWAZ

par Isabelle Clarysse - publié le

Farah FAWAZ soutiendra publiquement ses travaux de thèse intitulés :

"Simulation multidimensionnelle d’un jet de plasma froid d’Hélium pour des applications biomédicales", dirigés par Monsieur Olivier EICHWALD.

La soutenance se déroulera jeudi 24 octobre 2019 à 10h, site UPS, en Salle des Colloques.

Jury :
Nelly BONIFACI, Chargée de recherche au CNRS, G2Elab, Grenoble - Rapporteur
Philippe DESSANTE, Professeur à l’université Paris-Sud, Centralesupelec, Paris - Rapporteur
Mohammed YOUSFI, Directeur de recherche au CNRS, LAPLACE, Toulouse - Président
Olivier EICHWALD, Professeur à l’Université Toulouse 3, LAPLACE, Toulouse - Directeur de thèse
Bruno CAILLIER, Professeur à l’Institut National Universitaire Champollion, DPHE, Albi - Invité

Résumé :
Les jets de plasma froid peuvent être générés dans des mélanges hélium-air en faisant circuler de l’hélium dans un tube qui s’ouvre à l’air ambiant et en alimentant sous haute tension pulsée des électrodes annulaires collées autour du tube. Les études expérimentales ont montré que ces jets de plasma sont en fait composés d’une succession d’ondes d’ionisation guidées par le canal d’hélium. Ces ondes d’ionisation génèrent des espèces actives chargées ou non qui peuvent être appliquées sur des cellules animales ou végétales ou servir à activer un milieu liquide. Les applications sont multiples et concernent par exemple la cicatrisation, le traitement du cancer, la décontamination, l’activation cellulaire ou l’aide à la germination et à la croissance des plantes.

L’objectif de cette thèse est de construire, à l’aide du logiciel commercial COMSOL, un modèle 2D de l’écoulement du mélange gazeux couplé à la dynamique des ondes d’ionisation pour mieux comprendre la formation de la décharge et les caractéristiques physico-chimiques du jet qui en découle. La simulation de ces dispositifs est cependant très complexe à cause (i) de la dépendance de la cinétique chimique et des phénomènes de transport des espèces chargées en fonction de la composition du mélange hélium-air, (ii) de l’influence mutuelle de l’écoulement sur les décharges et des décharges sur l’écoulement et (iii) de la dynamique des ondes d’ionisation qui nécessite des pas de temps d’évolution de l’ordre de la picoseconde et un maillage spatial de quelques micromètres.

Sur la base d’un modèle 0D de cinétique chimique dans les mélanges hélium-air incluant plus de 1000 réactions et un peu moins de 100 espèces, un travail d’analyse et de réduction chimique a été réalisé pour extraire un jeu optimum représentatif de la cinétique chimique. Ce modèle prend en compte à la fois les variations de concentration initiale des espèces dans les mélanges et les modifications des fonctions de distribution en énergie des électrons qui en découle. Dans un second temps, un modèle 2D a été élaboré pour simuler sous COMSOL la formation et la propagation des ondes d’ionisation dans les jets hélium-air. Les ondes d’ionisation étant très dynamiques et ne durant que quelques centaines de nanosecondes, nous avons considéré que l’écoulement resté statique sur cette échelle de temps. L’évolution des espèces chargées est suivie à l’aide du modèle fluide d’ordre 1 et les données de base nécessaires sont calculées en fonction du champ électrique réduit E/N et de la concentration hélium-air en résolvant l’équation de Boltzmann. Les simulations ont permis de suivre la formation et la propagation d’une décharge dans des dispositifs à jet de plasma composé d’un tube diélectrique et de deux électrodes annulaires. Les résultats montrent clairement la formation d’une onde d’ionisation initiale concentrée autour de l’axe du tube, qui se scinde ensuite pour former une décharge annulaire qui se propage le long du tube diélectrique jusqu’à sa sortie. Une étude paramétrique a été réalisée sur la propagation des ondes en sortie du tube en fonction de la vitesse d’écoulement du gaz dans le tube.