Nos tutelles

CNRS UPS Enseeiht

Rechercher




Accueil > Projets

Projets FEDER/Région Occitanie

par Agnès GP - publié le , mis à jour le

Projet GREENALG

Ce projet concerne la culture intensive d’une micro-algue de type spiruline en bio-réacteur ainsi que l’extraction de composés à haute valeur ajouté qui en sont issus.
La Spiruline est une micro-algue très riche en acides aminés et en oligo-éléments, consommée en tant que complément alimentaire. Le marché mondial de spiruline est actuellement en très forte progression. En France, par exemple, la consommation progresse de 10% par an. Actuellement, la France, importe 80 à 90% de la spiruline consommée, le reste est produit par l’agriculture traditionnelle. Cette culture doit être faite dans des conditions spécifiques, et nécessite notamment une température d’environ 35°C et un fort taux d’ensoleillement. La production, dans le cadre d’une culture traditionnelle, est donc problématique dans notre climat tempéré, et ne peut être régulière au cours de l’année.
L’enjeu du projet est de mettre au point un mode de culture intensif en environnement contrôlé de type bio-réacteur et de développer des méthodes d’extractions efficaces. Pour adresser cette problématique le LAPLACE (Laboratoire Plasma et conversion d’énergie : porteur de projet), le LCA (Laboratoire de chimie agro-industrielle) et l’entreprise BIOSENTEC se sont associés en poursuivant les objectifs suivants :
(1) Amélioration de la performance du process pour réduire son impact environnemental. Les solutions d’ores et déjà envisagées permettent d’obtenir des rendements viables économiquement mais restent encore à optimiser notamment pour réduire la consommation énergétique du process.
(2) Amélioration la qualité de la spiruline produite : nous avons déjà montré que les scénarios lumineux avaient un impact sur la composition de la spiruline et notamment sa teneur en pigment. Ceci peut notamment jouer sur la qualité de la spiruline produite.
(3) Extraction et valorisation de coproduit issu de la culture de la spiruline. Ce point rejoint le deuxième objectif dans la mesure où certains des pigments à très haute valeur ajoutée peuvent être extraits de la spiruline et valorisés sur d’autres marchés.
À l’issu du projet en cours financé par le fonds européen de développement régional (FEDER Occitanie) et d’un transfert de compétence, il est prévu que BIOSENTEC fabrique et exploite des bio-réacteurs de gros volumes dans le but de commercialiser de la spiruline fraiche et des pigments à hautes valeurs ajoutées.

Montant FEDER Alloué : 135907 €
Responsable LAPLACE : David BUSO
PNG - 264.4 ko

Projet PACAERO : Pile A Combustible dans l’AEROnautique

Descriptif du projet : dans un contexte aéronautique, le projet PACAERO consiste, sur le plan matériel, à étendre (surface et moyens de tests) la plateforme H2 initiée en 2011 par le LAPLACE. Outre le LAPLACE, trois autres laboratoires sont désormais impliqués sur cette plateforme : le CIRIMAT, le LGC et l’IMFT. Sur le plan des objectifs scientifiques, cet outil vise l’étude expérimentale des potentialités des technologies hydrogène H2 (piles à combustible, électrolyseurs d’eau) en recherchant une synergie entre les micro-réseaux électriques aéronautiques et ceux terrestres.
Portage du projet : INP Toulouse.

Responsable scientifique du projet : Christophe TURPIN, chercheur CNRS, laboratoire LAPLACE.

Soutiens financiers publics : projet cofinancé par l’UNION EUROPEENNE et le CPER Etat-Région Occitanie-Toulouse Métropole.
Montant de la subvention FEDER allouée : 1 386 344 €

Autres soutiens financiers  : SAFRAN Power Units, ZODIAC Aerospace, Sclé-SFE, INP Toulouse, LAPLACE, ENSEEIHT.

Résultats  : projet en cours de réalisation 1er décembre 2015 – 30 novembre 2018.


Projet UniB-EP

Le projet UniB-EP « Réalisation d’un Ballast Universel Communicant » s’inscrit pleinement dans le contexte défini par l’ADEME qui vise la reduction drastique de la demande en énergie pour l’éclairage des villes sans pour autant degrader la sécurité et/ou l’attractivité de l’espace urbain.
L’objectif ultime du projet est le développement d’un « Ballast Electronique Universel » convenant aussi bien pour les lampes à décharges que les lampes LED. Ce ballast disposera une fonction de gradation intégrée permettant la variation de puissance tout en gardant une efficacité lumineuse optimisée. Il disposera également d’une fonction communication permettant de recevoir des ordres individuels de commande d’allumage/extinction et de gradation à distance. Cette fonction communication sera utilisée pour assurer la gestion à distance du parc des sources lumineuse et du réseau électrique de l’éclairage public et assurer une maintenance prévisionnelle de ceux-ci.
Nous espérons ainsi atteindre au minimum 75% d’économies d’énergies (par rapport à un système d’éclairage à LED moderne amis de topologie classique) grâce à des sources lumineuse à haute efficacité et une gradation performante. Economies qui peuvent être poussées à 80% en ajoutant à la gradation de l’intelligence embarquée dans le luminaire (détection de présence, mesure d’intensité lumineuse naturelle…).
Le projet UniB-EP fiancé par des fonds FEDER allie pour 2 ans (jusqu’à fin 2017) le groupe de recherche Lumière et Matière du Laboratoire Plasma et Conversion d’Energie (LAPLACE) avec une PME innovante FM-LIGHTHOUSE basée à Ramonville.

Montant de la subvention FEDER allouée  : 100 300 €

Contact  : Georges Zissis - professeur UT3 Paul Sabatier / LAPLACE (CNRS / INP Toulouse / UT3 Paul Sabatier)


Projet MILES

L’objectif du projet est de lever les verrous technologiques liés à l’énergie photovoltaïque pour créer un candélabre solaire connecté, autonome, résistant, capable de répondre aux multiples contraintes environnementales, d’assurer une indépendance énergétique et d’importantes économie en termes d’éclairage public.

Les laboratoires LAAS-CNRS et LAPLACE interviennent afin d’améliorer les échanges énergétiques au sein du candélabre ainsi que les performances électriques de l’ensemble des blocs fonctionnels en mettant à profit leur expérience des architectures modulaires, leurs connaissances sur la gestion de batterie électrochimiques et le comportement de sources photovoltaïque. Ce projet s’appuiera sur la plateforme Adream du LAAS pour une partie de la validation expérimentale et s’intégrera dans les travaux de la Fédération de recherche " Système Habitat et Habitant, vers un objectif de développement durable " FED4146 qui portent sur les interactions entre les sources de productions d’énergie, les besoins des consommateurs et leurs habitudes afin de quantifier leurs impacts sur l’environnement terrestre.

Ce projet, financé sur un fond européen FEDER, a débuté en septembre 2015 pour une durée de deux ans.

Montant de la subvention FEDER allouée :132 748 €

Contact  : Georges Zissis - professeur UT3 Paul Sabatier / LAPLACE (CNRS / INP Toulouse / UT3 Paul Sabatier)